-

Centre
de
photographie
contemporaine

© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu
© Christophe Bourguedieu 
© Christophe Bourguedieu


Le choix de Bourguedieu



Chaque photographe se trouve confronté à un moment de son parcours au choix éthique et artistique qui concerne sa pratique et son approche du médium. Il semble que ce dernier se soit opéré précocement chez Christophe Bourguedieu, à partir de son voyage en Finlande et de sa série «Tavastia ».
Il fut sans doute décidé consciemment, ou bien alors ce choix arrivant à maturation dans ce travail, qu’il travaillerait dans le cadre de la « série » organisée autour d’un thème choisi en rapport avec un espace géographique qui rejoindrait les propres préoccupations intellectuelles de l’artiste. Préoccupations se présentant sous la forme de quête des grands archétypes qui sous tendent l’expérience humaine. Mais il ne s’agirait pas de conter une « histoire »** reliée au passé, ou d’inventer une « fiction »** sortie de l’imaginaire, mais bien d’édifier un « récit », autour d’éléments visuels prélevés dans le présent, d’une réalité le plus souvent contextualisée.
« Récit »**qui s’organiserait autour du thème choisi et structuré sous la forme de la « série » signifiante ; qui comporte plusieurs images dont la juxtaposition engendre une syntaxe idéelle. Car pour Bourguedieu à n’en pas douter ce choix de cette direction inclut la conception que la photographie pense le monde (et n’est donc pas « pensée » par lui, comme dans la photographie à vocation conceptuelle) à travers une sorte de weltanchaaung**, qui n’exclut pas la dimension émotionnelle, tout en la structurant au sein du discours** (comme le cerveau limbique reptilien est entouré du cortex cérébral).
Chaque image unique s’organiserait donc ensuite, sous la forme d’une grammaturgie ou scénographie visuelles, au sein d’un ensemble regroupant les autres images, avec lesquelles elle entretiendrait une relation a-causale ou synchroniciste***, soutenant la narration et lui donnant son unité artistique.
Pour Bourguedieu il s’est donc bien agi de relater un « récit » et non d’inventer une histoire, ou une fiction** sous le mode narratif. Sa narration se rapprochant du mode poétique, flirtant parfois avec la philosophie ou la métaphysique.

Le cadre étant posé, l’œuvre n’avait plus qu’à se dérouler dans le temps, avec les difficultés d’incarnation adjacentes connexes du fait de son édification, toujours douloureuse pour un créateur, car semée de doutes.

Cette façon originale de voir le monde, de le comprendre, de le prendre avec soi au moyen d’images sorties d’un imaginaire, qui voit sa réalisation dans l’appréhension du réel, a vite fait école, mais en même temps dérouté une partie des tenants de la critique et du marché de l’art. Malgré cela, de nombreux étudiants au début des années deux mille ont marché sur les traces de Christophe Bouguedieu, qui s’est vu attribué, à défaut d’un style reproductible, une manière de regarder le monde, à travers un point de vue ****.
Ce regard qui ne s‘enferme pas dans des convenions stylistiques classiques comme le nu, le portrait, le paysage, le reportage, mais les transgresse tous en les intégrant dans un tout signifiant, cette fameuse weltanchaaung visuelle.

La galerie Bloogallery a opéré un second choix qui se superpose à celui originel de de Bourguedieu avec l’ambition de retrouver une unité, par-delà les séries thématiques. Une forme « d’Eden » qu’avait d’ailleurs transposé Bourguedieu dans la cité des Anges. En
ce choix montre la récurrence des thèmes et des approches de l’artiste qu’il se rende en Finlande, en Australie, dans le Massif central ou aux USA. Il y réussit avec brio, à la fois à décrire un espace actuel en plongeant dans ses racines mythologiques, tout en rejoignant son imaginaire intérieur et primitif.
« Primitif » : l’œuvre de Bourguedieu nous y ramène sans cesse, à travers les strates superposées de la modernité transcendée en cela, elle rejoint une intemporalité, et un classicisme photographique.

G.Verneret



** définitions :
Récit : relation d’un évènement réel ou imaginaire
Histoire : relation d’évènements fictifs
Narration : récit détaillé
Fiction : création de l’imagination
Weltanschaaung : désigne la conception du monde de chacun dans sa sensibilité particulière
Thème : idée, proposition développée dans une oeuvre
Discours : expression d’une pensée, raisonnement

***
La synchronicité est l'occurrence simultanée d'au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l'association prend un sens pour la personne qui les perçoit.

**** « Le point de vue en photographie » voir article G.Verneret
www.lebleuduciel.net « le point de vue et la démarche photographique ».