-

Centre
de
photographie
contemporaine

© Suzanne Opton
© Suzanne Opton
© Suzanne Opton
© Suzanne Opton
© Suzanne Opton
© Suzanne Opton
© Suzanne Opton
© Suzanne Opton


Suzanne Opton


Exposition "Soldier + citizen" dans le cadre de Lyon septembre de la photographie 2010 "US today after"



Suzanne Opton vit à New-York et enseigne au Centre International de la Photographie.
Son travail fait partie des collections permanentes du Musée d’art d’Austin, de la Bibliothèque Nationale de France, du Brooklyn Museum, du Musée des Beaux-arts de Houston, de la collection Polaroid, du Musée d’art de Portland, du Musée de l’Elysée de Lausanne…

En 2009, Suzanne Opton a reçu une bourse du Musée Guggenheim ainsi que du National Endowment for the Arts, du Vermont Council on the Arts, de la Fondation de New-York pour les Arts, et du fonds Fledgling. Son projet photographique sur des portraits de soldats américains a été présenté sur des panneaux d’affichage et dans des stations de métro dans huit villes entre 2008 et 2010. Ces panneaux d’affichage ont inspiré des discussions animées concernant l’art et la vie militaire sur le site internet de son projet www.soldiersface.com

Avec les deux séries de portraits photographiques, Soldier (2004-2005) et Citizen (2007), Suzanne Opton créait un dialogue à la fois humaniste, éthique et hautement politique.
La série Soldier, réalisée à New York entre 2004 et 2005, se compose de portraits de soldats américains ayant servi en Irak et en Afganistan durant la guerre. Le cadrage est systématique : tous ont la tête allongé sur une table, le visage et le cou découvert.
Parfois le regard absent, pensif, ou fixant l'objectif de l'appareil, ces portraits de jeunes soldats laissent le spectateur songeur et perplexe face à l'ambiguité de ces images qui nous livrent à la fois une vulnérabilité et une innoncence juvénile évidente des visages, et qui finissent par nous faire penser aux épreuves qu'ils ont dû endurer, et aux images de guerre que nous avons tous en mémoire.
La série Citizen quant à elle représente les portraits d'Irakiens exilés ayant fuit leur pays pour rejoindre la ville d'Amman (Jordanie) en raison de la violence et des conflits incessants.
En faisant le choix de présenter côte à côte ces deux séries, Suzanne Opton réactive le lien humain entre les “deux camps“ si souvent considérés et désignés comme “opposés“ par les médias. Ainsi, elle nous met face aux visages des véritables victimes de ces conflits.