-

Centre
de
photographie
contemporaine

© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller
© Martin Schoeller


Martin Schoeller


Exposition à l'Institut Lumière dans le cadre de Lyon septembre de la photographie 2010 "US today after"



“Le « Close Up » est peut-être la forme la plus pure ou radicale du portrait. Il créé une confrontation directe entre un sujet et la personne qui l’observe. C’est un rapport très profond qui est impossible à obtenir dans la vie de tous les jours. L’impact de ce type de portrait vient de l’expression statique mais aussi de l’économie d’informations donnée à l’observateur. Celui-ci se doit de lire un visage sans aucun élément venant de l’extérieur tel que le décor par exemple. Après avoir vu la série des réservoirs d’eau réalisée par les Becher en 1991, cela m’a beaucoup inspiré et j’ai eu envie de photographier un grand nombre de personnes de la même façon. Toutes les photos de la série Close Up ont été réalisées sous le même angle, avec le même équipement, mais j’ai essayé de faire ressortir leur vraie personnalité et de capter l’individualité de chacun tout en recherchant à la fois leur vulnérabilité et leur intégrité. Le plus difficile dans ce travail est d’essayer de saisir ce moment infime entre chaque expression, moment durant lequel le sujet est « inconscient ». Comme la plupart des portraitistes, je tente de capter cet instant où le sujet oublie qu’il est en train d’être photographié. J’essaye d’aller au delà de l’exercice classique de la performance faciale, pour atteindre quelque chose d’imprévu. En étant aussi objectif que possible, je reconnais que chaque mouvement du visage est tout de même un artifice. Les visages familiers sont traités de manière aussi minutieuse que les visages inconnus. L’inconnu et le trop-connu se rencontrent alors sur une même plate-forme imaginaire, on peut alors se permettre de les comparer, un exercice où les notions de célébrité, de valeurs et d’honnêteté qui existent chez l’observateur sont entièrement remises en question. »