-

Centre
de
photographie
contemporaine

© Christopher Taylor
© Christopher Taylor
© Christopher Taylor
© Christopher Taylor
© Christopher Taylor
© Christopher Taylor


Christopher Taylor


Exposition "Stèles chinoises" en 2004



Ce sont de grands formats, carrés, en noir et blanc.
Sobres jusqu'à l'épure. De singulières images graphiques. Belles, tout simplement. Une série de dix-huit clichés qui composent une exposition intitulée "Stèles chinoises". C'est un voyage en Chine, singulier et minéral, guidé par la poésie de Victor Segalen*.
Aux antipodes des clichés de l'Empire du Milieu. Ici, pas de muraille de Chine sinueuse, pas de cols Mao, pas de bicyclettes, pas de calligraphies, ni de pagodes, ni de lions de pierre qui ressemblent à des dragons. Non, plutôt des tableaux photographiques, instants figés arrachés au temps et dénués de tension.(...)
Ce qui frappe dans l'exposition (judicieusement) accrochée à la galerie Le Bleu du ciel, c'est l'absence des êtres humains.
Dans le pays le plus peuplé du monde, c'est assez surprenant mais il s'agit, à n'en pas douter, d'un choix délibéré de l'artiste. Une façon originale de prendre le contre-pied de ce qu'on (peut) attendre d'une exposition sur la Chine.
Ici, le vivant est ténu. Nature désolée, pierres amoncelées, briques savamment disposées. Le minéral est plus fort, il permet de faire apparaître de savantes nuances de gris, des aplats comme autant de palettes de noir et blanc déclinées à l'infini.
Plastiques et formelles, les photos de Christopher Taylor forment un paysage imaginaire que le visiteur pourra prolonger. Fragments d'une Chine insoupçonnée à l'image de ces stèles érigées en souvenir, morceaux d'histoires disséminées.

Gallia Valette Pilenko