-

Centre
de
photographie
contemporaine

 
 
 
 
 
 
 
 

Humaines, trop humaines

Alexandra Demenkova



"Russian women"




Ce travail photographique s’est déroulé entre 2006 et 2013 en Russie. Les lieux varient entre les rives de la mer Blanche dans la région d’Arkhangelsk et des villages plus reculés et isolés.
J’ai parfois photographié ces endroits par hasard, ou à la suite d’une conversation entre amis, ou me rappelant un souvenir d’enfance...
J’entends le nom d’un lieu qui sonne comme une invitation, qui me paraît être plein de mystère et semble sortir tout droit d’un conte de fées. Unezhma , un nom à la fois tendre et effrayant - un village amené à disparaître. Pour s’y rendre il faut traverser la forêt une journée entière et en hiver il est impossible d’y aller.
Un établissement psychiatrique dans un village - les gens d’où je viens feraient des blagues à ce sujet , mais aucun n’iraient voir par curiosité ce qui s’y passe.
C’est ce genre d’endroits qui provoquent chez moi une envie irrésistible d’y aller.
Photographier me donne conscience de la fragilité de ce monde et de la stabilité toute relative créée par nos familles, de la limite parfois mince entre bonne santé et maladie mentale et physique, entre la normalité du quotidien et la misère, entre la liberté et l’emprisonnement à vie.
Dans les histoires et dans la vie des gens, j’ai vu l’espoir et le désespoir. A travers les pages d’un livre, l’écran de télévision ou la scène d’un théâtre je n’ai jamais retrouvé toutes ces émotions et ces situations qu’il m’a été donné de voir, des situations réelles que j’ai vues de façon novice et sans intermédiaire.


Alexandra Demenkova